Our Blog

🔜 En cours de production en ce moment dans l’océan Indien, une série de courts-métrages de fiction documentaire unique en son genre, à destination de la télévision et du web. Neuf épisodes de 13 minutes autour de l’amour empêché et de la montée des communautarismes. Petit avant-gôut ci-dessus, avec quelques images du tournage du pilote. C’était à La Réunion, en début d’année.

Le rapport avec nous ? Ce n’est un secret pour personne, Invent-oi aime les chemins de traverse quels qu’ils soient (géographiques, culturels, générationnels, artistiques, stylistiques, narratifs…). Quand, en plus, ces sentiers sont ceux de l’océan Indien et qu’il est question d’amour et de tolérance délicatement saupoudrés de Shakespeare : là, on adhère à 100% et forcément, on est de la partie !

Des Juliettes et des Roméos, une coproduction Senso Films, Solidarité et Cultures, Invent-oi et Réunion La 1ère avec le soutien de la DAC Mayotte et de la DAC OI  🎬 Sortie sur les écrans réunionnais et mahorais prévue fin 2019 – début 2020.

📽️ Prochain tournage, fin juin à Mayotte : on y sera, restez connectés 😉 D’ici là, la presse réunionnaise en parle et vous dit tout du projet, ci-dessous👇

À très vite !

LE QUOTIDIEN DE LA REUNIONArticles_1 Articles_2 Articles_3

Le cinéma africain vous passionne ?? A vos claviers ! Quelques nouvelles ultramarines, d’Outre-Manche pour changer, avec un appel à publication dans le cadre de la toute nouvelle revue Britannique Journal of African Films and Diasporas Studies, à paraître cette année. Vous avez encore un petit plus d’un mois pour trouver une source d’inspiration et envoyer un résumé.

La bonne idée nous vient d’Angleterre, elle est signée Françoise UGOCHUKWU (enseignante-chercheure spécialiste du Nigéria). La revue vise à tisser des passerelles disciplinaires et géographiques, autour de l’Afrique et de ses diasporas, à travers le prisme du cinéma. Tout ce qu’on aime chez Invent-oi qui est membre bénévole du comité éditorial.

Cette année, exceptionnellement, les deux numéros annuels, consacrés chacun à un thème, seront publiés simultanément. Vous pouvez soumettre vos contributions à l’un ou l’autre, voire même les deux, si vous êtes productifs et inspirés 😉

Le premier thème s’intéresse aux réalisateurs(rices) ou producteurs(rices) africain(e)s. Il s’agit d’introduire leur travail et d’en donner une vue d’ensemble. Quelques suggestions :

  • Ousmane Sembene
  • Amaka Igwe
  • Sara Gomes
  • Idrissa Ouedraogo
  • Kunle Afolayan
  • Mahamat-Saleh Haroun
  • Tunde Kelani
  • Obi Emelonye
  • Safi Faye
  • Jeta Amata
  • Manthia Diawara
  • Dani Kouyaté

Bien entendu, la liste n’est pas exhaustive et toutes les propositions sont les bienvenues.

Le second thème se concentrera sur le développement et l’impact de la production de films africains à l’intérieur des diverses diasporas. Parmi les sous-thèmes suggérés :

  • Les films africains dans les diaporas et leurs nations d’origine
  • Les étapes de développement des films issus des diaporas sur le continent Africain
  • Les films Africains, en Europe et sur les autres continents
  • Le facteur linguistique dans les films africains issus de la diaspora

Et pourquoi pas, un focus spécial sur les cinémas malgaches et comoriens ??

Les résumés (250 – 300 mots) devront être envoyés au plus tard le 30 avril 2018 à la directrice de publication, Françoise UGOCHUKWU : fugochukwu@yahoo.com

Les articles complets (4500 – 5000 mots) seront attendus pour le 31 août 2018.

Langues acceptées : anglais, français.

En cas de questions, n’hésitez pas à nous contacter : contact@invent-oi.com

A très vite !

JAFDIS1JAFDIS 2

Au mois de décembre  » Tous au ciné !  » revient sur le devant de la scène. Période de fêtes oblige, Invent-oi vous a concocté une programmation aux petits oignons avec deux nouveaux rendez-vous 100% animation.

#TOC, pour les plus grands d’abord… 📽Le Tombeau des Lucioles, c’est mardi 12 décembre 2017, à partir de 19h30, à Dzaoudzi. Vraisemblablement en intérieur vu le déluge en cours annonçant une saison des pluies riche en eau (on ne va pas s’en plaindre, vu la grave pénurie connue à Mayotte l’année dernière).

Si tel est le cas : qu’à cela ne tienne ! Invent-oi vous mettra en boîte au Ningha, située juste en dessous du restaurant Le Rocher, à la sortie de la barge.

Ambiance décalée garantie avec un air de vieux cinéma : salle étanche 🙂 et climatisée, bar, espace fumeurs…

TOC_1 TOC_2

Très bientôt, le prochain rendez-vous pour petits et grands amoureux du grand écran… 🙂

Mardi 28 novembre 2017 dernier, le Festival Alimenterre était relayé pour la première fois à Mayotte par Invent-oi en partenariat avec le Comité Français pour la Solidarité Internationale (CFSI) et Terra Habilis Océan Indien.

L’indéniable temps fort de la soirée, le Banana Quizz autour du documentaire de François Cardona, Hold up sur la banane (Babel Presse Production, avec la participation de France Télévisions, en 2016, 52′). Une vingtaine de participants, une seule grande gagnante pourtant…

Avec un sans faute, c’est Élise CANTELÉ qui remporte la mise, à savoir : une place gratuite à la prochaine projection organisée sur le territoire à la date de son choix ! Bien joué 🙂

Sans plus attendre, les résultats !


Combien de kilos de bananes mange un européen chaque année ?

  • 7 kg
  • 12 kg
  • 3 kg

Nous mangeons 12 kg de bananes par an, c’est le deuxième fruit le plus consommé en France (après la pomme) et le fruit le plus exporté au monde : des millions de personnes en vivent.

Sur quel continent la première banane a-t-elle poussé ?

  • Europe
  • Asie
  • Afrique

La banane provient d’Asie du sud. Elle a été apportée à Madagascar par des migrants indonésiens. De là, elle a voyagé jusqu’aux îles Canaries puis en Amérique centrale et du Sud.

Combien paie-t-on en moyenne un kilo de bananes ?

  • 1,80€
  • 3€
  • 6€

La banane fait un long trajet pour arriver sur les étals des supermarchés mais elle coûte en moyenne en Métropole, 1,80€ par kg, c’est à dire bien moins que les fruits produits localement comme la pomme (son grand rival sur les étals). 

À quel moment la banane devient jaune ?

  • Sur le bananier avant la récolte
  • Durant le transport
  • Une fois arrivée en Europe avec l’aide d’un gaz spécial

Les bananes sont récoltées encore vertes et convoyées en France métropolitaine par bateau réfrigéré. Elles sont ensuite traitées avec un gaz spécial (l’azéthyl) dans des sites appelés « mûrisseries ».

Quel pourcentage du prix de vente dune banane en provenance d’Équateur parvient aux travailleurs des plantations ?

  • Environ 7%
  • Environ 15%
  • Environ 25%

7% seulement du prix de vente d’une banane revient aux travailleurs en Équateur. Dans la plupart des pays producteurs, les salaires versés aux travailleurs agricoles ne suffisent pas pour vivre dignement.

Et quel pourcentage revient au supermarché ?

  • Aucun supermarché ne veut rien… (si ce n’est le bonheur du consommateur)
  • Environ 25%
  • Plus de 50%

Les supermarchés empochent plus de la moitié du prix de vente d’une banane. À eux seuls, ils reçoivent donc davantage que tous les autres acteurs de la filières réunis.

En France, six distributeurs concentrent à eux seuls . (compléter) des ventes de produits alimentaires

  • 50%
  • 70%
  • 90%

La domination des supermarchés est telle que les six premiers supermarchés (Carrefour, Leclerc, Intermarché, Casino, Auchan et un Système U) concentrent 90% des ventes de produits alimentaires.


Et voilà ! À suivre très bientôt d’autres petits jeux avec cadeau à la clé : restez connectés… 😉

On vous l’annonçait pour la fin de l’année : chose promise, chose dûe… Le dernier documentaire signé Invent-oi avec Kanari Films et Fil Rouge débarque sur les écrans ! 📺 Zanaka Tany, aux enfants de la terre, réalisé par Alexandre Poulteau, c’est mercredi 6 décembre 2017 à 21h30 sur Mayotte 1ère.

Le pitch ?

À #Madagascar, alors qu’une grande partie de la population reste impuissante face à ses difficultés, un mouvement social émerge.

Des individus exceptionnels, hommes comme femmes, s’interrogent et se lèvent pour combattre le fatalisme et la résignation au sein des leurs. Dans leurs sillages, des communautés rurales se mobilisent pour améliorer le quotidien.

En puisant dans son histoire ancestrale, c’est tout un pays qui se cherche, veut avancer et s’épanouir.

Tous les détails par ici et les photos par là.


Le 28 novembre dernier, en partenariat avec le Comité Français pour la Solidarité Internationale (CFSI) et Terra Habilis Océan Indien, Invent-oi relayait le Festival Alimenterre à Mayotte. Une très belle première édition, qui a réunit une cinquantaine de personnes, au bord de la piscine du Rocher, pour débattre des enjeux de l’agriculture et de l’alimentation durable. Au programme, une projection-débat s’appuyant sur trois documentaires inédits :

  • Les champs du possibleFilm réalisé par des élèves de seconde GT (Générale et Technologique) du lycée agricole de Kernilien-Guingamp (Côtes-d’Armor) ayant obtenu le 1er prix (catégorie lycéen) dans le cadre du Prix Alimenterre 2017.
  • Hold up sur la bananeFilm réalisé par François Cardona en 2016 et produit Babel Presse Production avec la participation de France Télévisions – 52′
  • Vivre dignement sa terreFilm réalisé au Sénégal par Karfa Diallo et Christophe Leroy en 2015. Une production ONG Enda Pronat – La Troisième Porte à gauche – 37′

Côté intervenant(e)s, un panel de choix 100% féminin. Intervention sur Skype de Marie Jo PAYET, membre de l’association Terra Habilis Océan Indien représentant le CFSI dans la région, puis débat, quelque peu écourté (retardataires obligent), en présence de : Aurélie Hoffmann, Directrice Générale de l’Ucoopam (Union des Coopératives Agricoles de Mayotte) et Lucie Héliès, chargée de mission à la CRESS (Chambre Régionale d’Économie Sociale et Solidaire).

Histoire de mettre un peu d’animation dans tout ça, Invent-oi avait convié l’association CKCM (Canoë Kayak Club de Mamoudzou) à présenter leur ligne de créations en matières recyclées, Mode Gouni. Des jeunes de dix-huit ans, un cerveau fonctionnel et inspiré, un savoir-faire, une motivation à toute épreuve… de quoi faire taire les mauvaises langues promptes à parler de la jeunesse mahoraise en terme peu flatteurs !

Temps fort de la soirée le Banana Quizz : une vingtaine de participants, une seule grande gagnante avec un sans faute… Tous les résultats, par ici !

Un évènement qui ne pouvait pas mieux tomber au vu des dernières actualités locales en matières de pesticides….

Prochaine édition en 2018 et d’ici là rappelez-vous : « Notre avenir se joue dans nos assiettes » 😉

Mardi 28 novembre 2017, en partenariat avec le Comité Français pour la Solidarité Internationale (CFSI) et Terra Habilis Océan Indien, Invent-oi relaye à Mayotte l’événement national incontournable du moment, le Festival Alimenterre.

Au programme de #Docsabloc, une projection-débat autour d’un message : l’accès à une alimentation de qualité est plus que jamais un enjeu partagé à Mayotte et dans le monde. En s’appuyant sur deux documentaires inédits, Invent-oi vous propose de réfléchir et d’agir pour un système agroalimentaire plus juste et plus durable :

  • Hold up sur la banane, Film réalisé par François Cardona en 2016. Une production Babel Presse Production avec la participation de France Télévision – 52′
  • Vivre dignement sa terre, Film réalisé au Sénégal par Karfa Diallo et Christophe Leroy en 2015. Une production ONG Enda Pronat – La Troisième Porte à gauche – 37′.

Projections suivies d’une intervention sur Skype d’un représentant du CFSI et débat en présence de Aurélie Hoffmann, Directrice Générale de l’Ucoopam (Union des Coopératives Agricoles de Mayotte).

A l’heure où 795 millions de personnes continuent à souffrir de la faim, dont les paysans sont paradoxalement les premières victimes, un constat s’impose : le système alimentaire mondialisé est incapable de répondre aux défis économiques, sociaux et environnementaux. Constat susceptible d’empirer avec l’augmentation incessante de la population.

Face à ces défis majeurs, des réponses existent. Un peu partout sur la planète, des initiatives tentent de mettre en place des systèmes alimentaires durables et responsables et de promouvoir des politiques en faveur de la souveraineté alimentaire. L’agroécologie, le « consommer local », la possibilité pour une population de choisir sa nourriture sont autant de pistes applicables sur tous les territoires, y compris le nôtre!

Tous les détails de la programmation sur notre page Facebook

Bande-annonce Alimenterre 2017 from Invent-oi on Vimeo.

terra png 250Impression

À l’occasion de la Semaine Européenne pour l’Emploi des Personnes Handicapées, Invent-oi s’engage et met à l’honneur un sublime long-métrage consacré à la surdité : J’avancerai vers toi avec les yeux d’un sourd.

Au programme de ce #Docsabloc, émouvante incursion d’une entendante dans un pays voisin mais méconnu, celui des sourds, l’esprit à l’écoute, les yeux grands ouverts…

Notre guide dans ce voyage insolite, la réalisatrice Laetitia Carton a joint la parole au geste en nous retrouvant sur Skype juste après la projection pour un échange placé sous le signe de la générosité.

La phrase à retenir :

« Qu’importe la surdité de l’oreille quand l’esprit entend ? La seule surdité, la vrai surdité, la surdité incurable, c’est celle de l’intelligence » (Victor Hugo).

Encore un qui avait tout compris !


J’AVANCERAI VERS TOI AVEC LES YEUX D’UN SOURD – bande annonce – VFST from Kaleo films on Vimeo.

Suite et fin de l’escapade underground de #Docsabloc. Direction la planète #Hiphop avec une escale 100% locale, parce qu’Invent-oi aime valoriser les productions de qualité parlant de Mayotte autrement.

Mayotte, Hip-Hop (R)évolution, un documentaire programmé avec la complicité de Keren Productions.

« Cerise of the cake » : une projection suivie d’un échange à plusieurs voix. Nadja Harek, réalisatrice talentueuse et engagée, était avec nous sur Skype pour un échange passionné doublé en live des interventions de Abdallah Haribou et Sophie Huvet (Association Hip-Hop Evolution) et Djodjo Kazadi (Chorégraphe, Compagnie KazyadanceLe Royaume des Fleurs).

A l’affiche de ce mois d’octobre placé sous le signe de l’underground, un long-métrage culte, signé du Maître Joda du Street Art

Faites le mur ou une autre théorie du lavage de cerveau selon #Banksy, c’était hier soir dans #Docsabloc.

Une soirée riche en discussions avec en toile de fond une question : Comment vendre de la m… à des c… ? Titre original pensé par Banksy et refusé par le distributeur, on se demande bien pourquoi ?!  🙄

Prochain rendez-vous, dans deux semaines, à très vite  😉


Contact

Pour tout renseignement ou demande de devis, contactez-nous au : +262 6 39 27 71 69, ou par mail :

Name
Email
Message

Yay! Message sent.
Error! Please validate your fields.
invent-oi.com - Dieynaba SY - BP 260 - 97 615 LABATTOIR - MAYOTTE (France) - Tél : +262 6 39 27 71 69